Avenue Tokio Hotel


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Jeu Switch Multi Kit Nintendo Labo
29.19 €
Voir le deal

Partagez
 

 [E. C.] Evidence

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Lullabye.
Modo & Team Tom

Lullabye.

Féminin Age : 26
Inscription : 08/04/2009
Messages : 9142
Humeur : Jump and touch the sky

[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1Ven 3 Sep - 18:53

_________________________________________________________

Il trouva en effet Ethan dans le salon principal de l’hôtel à siroter ce qui semblait être du coca en la compagnie du chanteur. Ce dernier riait, d’un rire exagéré qui sonnait tellement faux. Ce timbre de voix cristallin et foutrement excessif. Bill avait développé un caractère démesurément loin de la réalité, il était devenu possessif, égoïste et dangereusement prétentieux. Il était détestable, aussi désagréable qu’on puisse l’être. Une rockstar qui claquait des doigts fraîchement manucurés, afin d’obtenir ce qu’elle désire sur un plateau d’argent. Georg n’avait jamais compris ce virement de personnalité, ce changement du tout au tout. Le batteur non plus, et ils leur arrivaient certains soirs de s’inquiétait de l’état de ce qu’ils nommaient autrefois leur ami. Certaines explications manquaient, et les faits étaient là.
Cette vue le rendait malade, un goût amer lui donnait envie de vomir. Regarde toi, regarde toi Bill, pensait-il au fond de lui, regarde ce que t’es devenu, tu me répugnes. Mais il le sentait, il le voyait qu’il ne contrôlait plus rien, que le personnage malsain avait pris le dessus et que l’être qui vivait dans son cœur mourrait un peu plus chaque jour.
    - Hey Georg, viens boire un verre avec nous.
    - …
    - Ethan me racontait comment…
    - J’ai proposé à ta sœur de lui présenter un peu l’équipe, donc je voulais te prévenir.
    - Je suppose qu’elle veut que je monte pas vrai ?
    - Ouais, elle aimerait que tu termines de vider votre valise.

Ethan avait ce sourire malicieux qui signifiait que les mots devenaient futiles, il avait compris ce qu’il se passait et ce qu’elle désirait. On pouvait lire dans ses yeux la complicité presque fusionnelle qu’il partageait avec sa sœur, comme s’il entendait ses pensées. Leur relation déroutait n’importe qui, du moins au début. Il avait fallu du temps à leurs amis avant qu’ils ne s’y habituent. Georg était plutôt étonné qu’un tel lien puisse exister entre un frère et une sœur, pour le reste les jumeaux l’avaient déjà accoutumé à l’idée.
Bill soupira fortement, en signe de mécontentement. Il détestait plus que tout au monde être coupé dans ses dires, et le brun n’avait pas semblé s’intéresser à lui un seul instant, ce qui excitait plus encore son exaspération. L’androgyne comptait bien lui faire comprendre le message, d’une manière ou d’une autre. Assis sur un fauteuil de cuir, un verre à la main, il pencha sa tête en arrière. Il avait l’arrogance séduisante, vertigineusement séduisante. Et ça, il le savait, ce qui rendait son pouvoir bien plus dangereux, et bien mieux maîtrisé. Une mante religieuse.
    - Georg, on était bien sans toi, tu sais.
    - Bah, pour ma part je commençais à m’ennuyer.
    - …
    - On se retrouve plus tard Bill.

Lorsqu’il avait prononcés ces mots Ethan avait lancé un clin d’œil amical au bassiste, ce dernier avait manqué de laisser s’échapper un rire de moquerie. C’était rare qu’on s’attaque à la diva, et généralement c’était mal joué, mais la revanche était une douceur jouissive. Bill était presque livide, tétanisé et ébahi par ce qu’avait dit le garçon. On osait le défier, et l’irritation qui faisait bouillonner ses veines semblait prête à éclater en un emportement digne d’un gamin capricieux.

    - Ça a l’air sympa l’ambiance entre vous.
    - Laisse, on est tous un peu à cran en ce moment.
    - Ah…

Devant la chambre d’hôtel qu’on leur avait réservée, Ethan retint le brun par la manche. Il avait dans le ton quelque chose qui signifiait plus qu’un simple conseil, c’était une mise en garde implicite. Il lui faisait confiance, et ce dernier n’avait pas intérêt à la trahir.
    - Ne l’a traite pas comme une attardée ou une enfant, elle sait très bien apprivoiser l’espace. T’as juste à lui dire s’il y a une marche, ou un obstacle sur son chemin. Si elle a besoin d’aide ou d’avoir un point d’appui, elle s’accrochera à toi. Ah aussi, te fatigue pas à lui présenter les personnes qu’elle ne rencontrera pas ou à peine, ça sert à rien de lui donner des informations inutiles.
    - Ok… C’est ok.


« Fais attention à elle. C’est pas un pantin au cœur en plastique. »


_________________________________________________________

_________________
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100513909563
[E. C.] Evidence - Page 3 Tumblr_lxwr0qHmnZ1rnqt8yo1_500
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100036953314 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082929725273 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082909954465

Revenir en haut Aller en bas
http://lullabye-rainbow.tumblr.com/
Lullabye.
Modo & Team Tom

Lullabye.

Féminin Age : 26
Inscription : 08/04/2009
Messages : 9142
Humeur : Jump and touch the sky

[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1Ven 3 Sep - 18:55

_________________________________________________________

Assis sur le bord du vide, ils laissent leurs pieds pendre, risquant de se retrouver six pieds sous terre s’ils devenaient trop instables. L’hôtel avait une terrasse en haut de son building, une terrasse ouverte sur le monde, pas vraiment à l’abri des suicidaires. Une place qui rendait ivre de folie les esprits un peu dérangés.
Elle aimait sentir les choses, le contact du vent, le touché de l’air. Sentir ce qui n’avait pas d’odeur, capter les instants. Il avait fini par céder et l’emmener dans ce bout de l’univers, alors que lui-même détestait cet endroit. Le vertige avait toujours fais parti de lui, et cette place ne le rendait mal-à-l’aise. Cependant, il avait dû approuver sa demande, et il se retrouvait là, en haut de la fin d’une vie. Sa présence le réconfortait, et l’intimidait aussi. Les jambes recroquevillées sur sa poitrine, elle avait un air serein qu’il lui enviait.
    - En vérité j’ai rien gagné, pas vrai ?
    - …
    - Vous avez trafiqué les noms, je suis pas idiote tu sais. Quoiqu’on en dise la chance tourne, il n’y a rien de plus évident que cette théorie-ci.
    - C’est Tom qui a demandé à vous désigner comme gagnants.
    - Tom ?
    - …
    - Je pensais pas que ce serait lui…
    - Il devait se faire pardonner, je suppose.
    - Envers qui ? Envers-toi ?
    - Probablement.
    - …
    - Il va pas très bien en ce moment, il fait des erreurs. Il a dû mal à se relever alors il essaye d’entraîner les autres dans sa chute.
    - …
    - Parfois il regrette.
    - Tu tiens à lui n’est-ce pas ? Même si tu prétends le contraire, au fond ça te fais mal de le voir dans cet état.
    - Oui…

« Il a perdu quelqu’un ? Ça se sent à son contact qu’une partie de lui est manquante, comme si je pouvais toucher son cœur amputé. »

    - Ethan ?
    - Oui p’tit ange ?
    - Quand je suis près de Logan je sens ce vide, comme si je pouvais transpercer son corps de ma main et ne rien sentir, comme s’il n’y avait plus rien au fond de lui et qu’il devenait transparent.
    - Laisse le temps guérir ses blessures.
    - Mais combien de temps il lui faudra pour oublier son frère ? Combien de temps ?
    - Il ne l’oubliera jamais, il finira par accepter le sort de la vie.


Parfois j’ai peur de te perdre. Le monde s’arrêterait de tourner sans toi. La gravité n’aurait plus de sens, plus rien ne m’attirerait vers le haut. Une chute libre. Ethan j’ai peur qu’un jour tu t’envoles, comme l’a fait son frère. Le sort de la vie implique qu’on crève de souffrance ? Parce que tu sais, t’as beau le détester à le voir pleurer, mais Logan il crève de souffrance.
Et Tom ?



_________________________________________________________

_________________
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100513909563
[E. C.] Evidence - Page 3 Tumblr_lxwr0qHmnZ1rnqt8yo1_500
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100036953314 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082929725273 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082909954465

Revenir en haut Aller en bas
http://lullabye-rainbow.tumblr.com/
Lullabye.
Modo & Team Tom

Lullabye.

Féminin Age : 26
Inscription : 08/04/2009
Messages : 9142
Humeur : Jump and touch the sky

[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1Ven 3 Sep - 18:57

_________________________________________________________

Le lendemain matin, l’équipe était en effectif réduit, une partie s’occupait déjà d’installer la salle, de mettre en place le show de la soirée. Le seul technicien présent était Aaron, un garçon qui avait son diplôme en poche depuis quelques jours à peine. Il avait intégré le staff la veille et ne maîtrisait pas encore l’esprit collectif et la façon de travailler de cette team. David lui avait demandé de rester afin de connaître un peu mieux le groupe, et surtout leurs exigences. Le gamin était donc assis tranquillement à leur table, sirotant un cappuccino corsé. Aaron était du même âge qu’Ethan, la vingtaine tout juste acquise, un esprit d’adolescent dans un corps masculin. David et les responsables d’équipes avaient longtemps hésité avant de l’embaucher, un gamin pareil n’avait ni l’expérience, ni le sens de la précision nécessaires, et un boute-en-train pareil risquaient de foutre une pagaille au sein d’un tempo millimétré à la seconde. Mais il avait plu à Bill, la question fut alors réglé. Quoique le manager puisse en dire, le chanteur avait toujours le dernier mot, il valait mieux éviter de le contrarier.

Un peu plus loin en face de lui, Bill le dévisageait, suivant le tracé de la cuillère que le garçon amenait jusqu’à sa bouche, fixant sa langue lécher le surplus de crème qui colorait ses lèvres. Le nouveau discutait amicalement avec Ethan et sa sœur, installés à ses côtés. Benjamin avait préféré les mettre en bout de table, le plus loin possible du groupe, malheureusement pour lui Aaron s’était pris d’amitié avec l’adolescent la veille au soir et c’était tout naturellement qu’il s’était assis près d’eux.
Il releva un instant la tête de sa tasse, sentant un regard inquisiteur posé sur lui, puis croisa les yeux hazel du chanteur. Celui-ci ne daigna même pas arrêter de le reluquer, et intensifia les éclairs qu’il lui envoyait. Un trouble s’empara d’Aaron un temps éphémère, mais il fut réveillé par la conversation qu’Ethan continuait de lui tenir. Il ne remarqua pas le sourire satisfait qu’arborait Bill. Un sourire qui en disait long sur ses intentions.
    - Alors vous avez gagné un concours c’est ça ?
    - Ouais, un truc dans un magazine.
    - C’est cool, j’imagine pas le nombre de nana qui reverraient d’être à votre place.
    - T’as de la chance, ou t’en as pas.
    - Ouais, c’est sûr. M’enfin quand même. C’est sympa l’idée d’être envié quoi.
    - Pas faux.
    - Et ça dur combien de temps votre « rencontre » ?
    - Quatre jours, on repart vendredi aprèm.
    - Donc vous faîtes le concert de ce soir et celui de demain, les deux derniers de la tournée. L’ambiance risque d’être plutôt cool.
    - J’espère bien. Mais tu viens pas juste d’être embaucher ?
    - Si, pourquoi ?
    - Bah, ça sert à quoi qu’ils te prennent maintenant alors que c’est la fin ?
    - Ah non mais après on fait une petite tournée aux Etats-Unis, donc du coup il y a quelques mecs qui travaillent qu’en Europe, donc il leur fallait quelqu’un en plus. Ouais parce que là-bas le groupe a moins de succès, ce qui veut dire petites salles, donc petit personnel.
    - Ah ok…

« Bon c’est pas le tout de déjeuner mais on a du boulot aujourd’hui, on se bouge un peu tout le monde » avait dit David en jaugeant du regard Aaron, signifiant précisément que ce message s’adressait à lui et qu’il démarrait mal son entrée dans le monde du travail.
« Ca fait cinq minutes que ton supérieur t’attend dehors, t’espérait qu’il vienne tranquillement te chercher ici alors que le timing est serré ? » l’informa-t-il avant de tourner les talons.

Le programme de la journée était banal pour les quatre musiciens, interviews dans la matinée, petit temps en off, répétition et concert. Cependant pour les invités ce plan était plus qu’excitant, c’était une entrée dans l’envers du décor, un tour du côté de la vie de rockstars. Ça avait quelque chose de palpitant, mais l’un et l’autre savait que seul le côté fugitif rendait ce quotidien agréable à côtoyer.
Ethan et Fly avaient eu grâce à Benjamin le droit de rester près des garçons, et par conséquent à assister au déroulement des entrevues et des photoshooting, ce qui n’était pas à l’origine prévu dans le planning. Benjamin, à l’inverse de David, faisait plus facilement confiance aux gens qu’il rencontrait, ne se méfiant pas aussi facilement que cela des fans qui pouvaient les approcher de trop près. De temps à autre ça lui avait joué un mauvais tour, mais la sécurité avait alors été renforcé, on ne craignait désormais plus grand-chose si l’on savait rester un minimum sur ses gardes. Le second manager avait finalement consentit à cette demande du groupe, ne voyant pas lui non plus en quoi les deux adolescents pouvaient être un quelconque danger.



_________________________________________________________

_________________
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100513909563
[E. C.] Evidence - Page 3 Tumblr_lxwr0qHmnZ1rnqt8yo1_500
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100036953314 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082929725273 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082909954465



Dernière édition par Lullabye. le Ven 3 Sep - 18:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lullabye-rainbow.tumblr.com/
Lullabye.
Modo & Team Tom

Lullabye.

Féminin Age : 26
Inscription : 08/04/2009
Messages : 9142
Humeur : Jump and touch the sky

[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1Ven 3 Sep - 18:59

_________________________________________________________

    - Je savais que je te trouverais là.
    - …
    - T’aimes bien les hauts d’immeubles.
    - …
    - …
    - J’aime juste les grands espaces. Le calme.
    - C’est pas vraiment calme ici, ça grouille de monde en bas et ça résonne.
    - C’est pas silencieux le calme. C’est une sonorité, une atmosphère. Tu peux pas vraiment comprendre de quoi je parle, t’auras jamais ce ressenti-là dans toute ta belle et grande vie.
    - …
    - Je te blâme pas, on est juste différents toi et moi. Différents comme les vents. Ils se ressemblent, mais tu sais ils ne pourront jamais se confondre et ne faire qu’un. La brise n’enrôlera pas la tempête dans ses bras.
    - Tu…
    - Je veux pas être brusque, mais je préférerais que tu me laisses seule.
    - Je te dérange ?
    - S’il te plait.
    - Ok.. Excuse-moi, je vais te laisser tranquille. On se voit demain.

Il l’avait bien vu avant de se retourner, qu’elle pleurait. Elle pleurait dans ce bout du monde, loin du regard des autres, tel un cri sourd qu’on enferme en soi pour que personne ne l’entende. Une plainte muette. Des larmes qui lui tiraillaient le cœur, lui donnant une nausée inéluctable. Il comprenait doucement à quel point c’était douloureux comme sensation. Cela l’effrayait.
Le brun au cœur étranger à son être, descendit une à une les marches qui le conduisaient dans l’espace clos et rassurant d’un couloir de l’hôtel. Il s’arrêta devant sa chambre, puis regarda en direction de celle du guitariste. Une suspension dans le temps, une bulle dans l’air, et il s’avança vers celle-ci. Il toqua doucement, aucune réponse ne parvint, il hésita avant d’entrer soupçonnant qu’à l’heure tardive le gamin pouvait être déjà couché, mais ouvrit la porte malgré cela. Tom était assis en tailleur sur son lit, fixant la fenêtre entre-ouverte d’où s’échappait une brise douce.

La brise et la tempête, pas vrai ? J’aurais dû te dire que ma vie n’a rien d’un ouragan.
J’aurais dû te prendre dans mes bras…

Le garçon ne cilla pas quand le bassiste entra dans sa chambre, il ne bougea pas d’un seul centimètre, comme figer. Figer dans ses pensées, inlassablement perdu dans celles-ci.
Une fine ligne de poudre était étalée sur la table de chevet. Georg savait pertinemment de quelle drogue il s’agissait, et la nausée qu’il avait ne fit qu’empirer à la vue de la substance parfaitement déposée.
    - Putain Tom qu’est-ce que tu fous ? Je croyais que t’avais arrêté ces conneries.
    - C’est ce que j’ai fait.
    - Te fous pas de moi.
    - …
    - …
    - Je prends plus rien d’accord. C’est la dernière dose que j’avais, celle que j’ai jamais pris.
    - …
    - Je l’étale pour me souvenir, pour pas retomber quand l’idée de reprendre de la coke me revient.
    - …
    - Comment je pourrais y retoucher alors que c’est à cause de cette merde que je l’ai perdu ?

Le garçon tourna ses yeux vers Georg qui venait de s’assoir près de lui ; des yeux pleins de larmes, sans vie. Il avait mal, plus mal que n’importe qui, c’était ça qui l’effrayait. Il avait appris à ses dépens le côté sombre de ce qu’on pouvait ressentir pour quelqu’un. Tom mourrait chaque jour un peu plus, ça lui rappelait douloureusement qu’il valait peut-être mieux rester seul. Il ne savait pas s’il aurait un jour la force de surmonter ce que le dreadé traversait et il n’avait pas réellement envie de le savoir.
Il le prit dans ses bras chaleureusement, des sanglots profonds et inévitables retentirent dans le silence glacé de la pièce. Tom avait beau pleurer, se taire, parfois faire semblant, il crevait infiniment.
    - Excuse-moi Georg. Excuse-moi si je te fous en l’air. Je fous tout en l’air. J’y arrive plus, j’ai trop mal. J’ai putain de mal, et ça veut pas s’arrêter. C’est de ma faute si elle est partie. Tout ce bordel c’est à cause de moi. Elle a eu raison de partir, j’ai tout foiré. Je suis qu’un looser, un mec qui foire sa vie et qui détruit tout ce qu’il touche. Je suis..
    - Hey man, chh, arrête de dire des conneries.
    - Mais si bordel, ce sont pas des conneries, j’ai tout gâcher parce que je suis qu’un bon à rien.
    - Calme toi Tom. Tu te fais du mal. Calme toi.

Un quart d’heure plus tard, Tom s’était assagit, ses sursauts s’effaçant peu à peu dans les entrailles d’un cœur trop lourd à supporter. Il se décolla du corps de Georg puis essuya d’un revers de la main la dernière larme qui tentait de s’échappait de ses yeux noisettes. Il soupira fortement, comme s’il essayait d’évacuer le mal qui le hantait, sans succès.

« Dis Tom. Si… Si tu pouvais tout recommencer à zéro et l’effacer…est-ce que tu le ferais ? »
« Non. Jamais. »


_________________________________________________________

_________________
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100513909563
[E. C.] Evidence - Page 3 Tumblr_lxwr0qHmnZ1rnqt8yo1_500
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100036953314 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082929725273 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082909954465

Revenir en haut Aller en bas
http://lullabye-rainbow.tumblr.com/
Marjo.
Ancienne du Staff ATH

Marjo.

Féminin Localisation : Albi (81)
Inscription : 08/04/2009
Messages : 2745

[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1Ven 3 Sep - 19:48

Tu l'sais que tu me fous en l'air à chaque fois de toute façon.
T'auras beau dire ce que tu voudras, j'en pense pas moins.
Tout, tout est raconté avec perfection. Je... Bref. J'sais pas quoi t'dire. Ca aurait l'air minable à côté de ce que toi, tu me donnes.

Continue, hun? J'te fais confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Lullabye.
Modo & Team Tom

Lullabye.

Féminin Age : 26
Inscription : 08/04/2009
Messages : 9142
Humeur : Jump and touch the sky

[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1Mar 14 Déc - 17:17

Je mets en pause ma propre fiction.
Je n'y ai plus touché depuis plusieurs mois, pas par manque d'envie, par un peu de manque de temps. J'avais surtout plus le coeur à l'écrire, alors que j'y suis accrochée. C'est pas paradoxal, c'est juste que la dernière partie, je l'écrivais pour quelqu'un, qui a décidé que je ne compte plus (ou n'ait jamais compté) pour elle. Ca m'a refroidit, c'est pourquoi, vu que les liens sont pas encore établis entre les parties, je m'offre le loisir de carrément supprimer cette partie, de supprimer Hope et tout ce qu'elle engage. Et ça me fait un bien fou, même si tout l'monde s'en fou, vu que personne ne lit (exceptée Choute).

_________________
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100513909563
[E. C.] Evidence - Page 3 Tumblr_lxwr0qHmnZ1rnqt8yo1_500
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100036953314 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082929725273 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082909954465

Revenir en haut Aller en bas
http://lullabye-rainbow.tumblr.com/
Marjo.
Ancienne du Staff ATH

Marjo.

Féminin Localisation : Albi (81)
Inscription : 08/04/2009
Messages : 2745

[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1Mar 14 Déc - 18:26

Efface et pars vers autre chose. De nouvelles horizons. Ca fait du bien parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Lullabye.
Modo & Team Tom

Lullabye.

Féminin Age : 26
Inscription : 08/04/2009
Messages : 9142
Humeur : Jump and touch the sky

[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1Ven 31 Déc - 15:51

_________________________________________________________
Partie I : Love will tear us apart

Chapitre 3


Cela faisait un mois. Un mois qu’elle était partie et qu’il s’était enfermé nuit et jour dans son appartement berlinois pour faire taire les cris qui hurlaient entre ses entrailles. Un mois que ses yeux ne reflétaient que la noirceur ténébreuse de son cœur si bien qu’ils avaient fini par devenir aussi ternes que lui. La lueur qui résidait habituellement dans ses jolies prunelles s’était désintégrée, envolée au loin, éprise par une obscurité hasardeuse.
Affalé sur son sofa, à demi conscient, à demi mort, il naviguait dans cet état second accompagné d’une boisson alcoolisée traversant ses veines. Le poison asséchait ses larmes et s’insinuait à pas de loup dans son esprit, aspirant voluptueusement les souvenirs douloureux qui en avaient pris possession, puis transformant ses peines en rancœur désabusée qui lui laissait un goût acide quand l’éphémère des pouvoirs salvateurs de sa vodka refaisait surface. Le son strident et répétitif du combiné le réveilla, animant vivement le mal de tête qui se profilait depuis quelques minutes. Il massa son crâne en vociférant des phrases non achevées et incompréhensibles tandis que d’un geste brusque il balança un verre qui traînait sur la table basse sur ledit téléphone, manquant inéluctablement sa cible il se fracassa contre le parquet dans un vacarme assourdissant. Jun décrocha précipitamment pour faire taire ce qui lui déchirait les tympans. Son ton se voulu sec et méprisable au possible.

    - C’est qui ?
    - Oui bonjour Jun, moi aussi je vais bien, merci de t’en soucier.
    - Va te faire foutre Morgan.


Il raccrocha aussi brutalement qu’il le pu, puis s’avança jusque dans la cuisine, poussant sans y prêter attention tout ce qui obstruait son passage. Le salon se métamorphosait dangereusement en un champ de bataille dont la victoire ne semblait pas toute proche, des verres vides côtoyaient des bouteilles d’alcool en tout genre dans lesquelles ne résidaient plus une seule goutte du fameux liquide, et ci et là un paquet de chips à peine entamé ou une boîte de pizza traînait. L’endroit ressemblait vaguement à un lendemain de soirée bien arrosée, l’atmosphère festive en moins, le ton était plutôt sinistre et déprimant.
Il ouvrit la porte du frigidaire, attrapa la première bière qui lui tendait la main et avala d’une traite son contenu. Il laissa sa tête en arrière, les yeux clos, puis soupira un instant. Quelques larmes s’échappèrent, fuyantes, glissant doucement le long de ses joues et s’échouant sur ses lèvres, laissant un goût salé qui lui donnait la nausée. Jun balança sa bouteille par terre et le fracas ressemblait étrangement aux implosions successives qui faisaient vibrer son cœur de façon douloureuse. Il s’effondra, au milieu des débris de verre et pleura de tout son être. Ses mains frappaient le sol, se mutilant dangereusement, mais la douleur physique ne semblait plus l’atteindre depuis longtemps. Il cessa ces martèlements, regarda un instant ses mains bleuit et couvertes de sang, puis appuya ses paumes contre ses yeux, comme si cette lueur noire allait effacer tous ses soucis. L’hématome qui grandissait en lui était bien plus effrayant qu’il ne l’était au moment même. Ce fut sous cette apparence sanguinolente que Morgan le découvrit quelques minutes après et il imaginait sans peine que ce qui grésillait sous cet organisme dévasté était bien plus détruit que l’aspect pouvait en laisser croire.

    - Mais qu’est ce que t’as foutu.
    - …
    - Viens là, faut pas rester ici, j’te ramène chez moi.
    - Barre-toi Morgan ! hurla Jun aussi fort que ses poumons lui permirent avant d’échouer de nouveau dans un sanglot térébrant.
    - Jun tu peux pas rester dans cet état là.
    - J’veux crever alors laisse moi !


Morgan le gifla soudainement, l’appréhension atténua le flot de larmes qui dévalaient le long de son visage. Un long silence s’ensuivit, aussi vide que le cratère qui continuait de s’élargir un peu plus chaque seconde que le temps offrait. Jun ne réagissait plus, son corps semblait dénué d’âme, sans vie, comme si le spectre auquel il ressemblait avait fini par prendre possession de lui tout entier. Morgan peina à le soulever, son gabarit n’était pas vraiment imposant, mais avec une volonté ténue et de nombreux efforts il réussi à faire tenir debout son ami.

Jun s’éveilla l’esprit embrumé et douloureux, dans un lieu qu’il ne déterminait pas. Les idées se chevauchaient les unes les autres mais les souvenirs de la nuit précédente s’échappaient de sa vision, il ne restait aucune trace de la veille et il se demandait s’il n’avait pas encore fait une connerie. A cette pensée une nausée apparue et l’épisode douloureux de la semaine dernière le frappa sans préavis, lui donnant l’envie de se tirer une balle dans la tempe.

« Un adolescent de 17 ans a été percuté de plein fouet la nuit dernière par une voiture. L’automobiliste ne s’est pas arrêté et a laissé gisant à terre le corps du jeune garçon, qui a été trouvé quelques minutes après et emmené à l’hôpital par un couple passant par cette route. Il est actuellement dans le coma et ses pronostics vitaux sont toujours mis en jeu. »
Jun coupa le téléviseur puis s’enfonça un peu plus dans le fauteuil.
[list]- Ils vont te retrouver, tu ferais mieux de te rendre maintenant.
- Tu sais pas de quoi tu parles Morgan.
- Putain Jun t’as tué un gamin, alors viens pas me faire la morale.
- Je l’ai pas tué.
- Il est entre la vie et la mort, tu réalises que tu lui as peut être bousillé la vie, que s’il se réveille il aura sûrement des séquelles sévères ? Hun t’en as conscience de ça ?
- T’en sais rien, alors ta gueule.
- Tu lui as foncé dedans, qu’est ce que t’espères ? Est-ce que t’as percuté le fait que « ses pronostics vitaux sont toujours mis en jeu. » ? Hun Jun ?
- …
- Et pourquoi Jun ? Pourquoi t’as foutu cette merde ? Pourquoi tu t’es fourré dans un sal pétrin ?
- …
- Pour une nana qu’en a plus rien à foutre de ta gueule, et qui en a sûrement jamais rien eu à foutre. Elle a eut ce qu’elle voulait et elle s’est tirée. T’as saisi ça ?
- …
- T’étais qu’un objet Jun.
Jun saisi par le col Morgan et le colla contre le mur. Il respirait encore l’alcool et la colère se lisait dans ses veines saillantes.
- Ne t’avises plus jamais de parler d’elle comme ça.
Il le relâcha puis s’en alla dans sa chambre, s’enfermant dans cette pénombre et pleurant tout ce qu’il pouvait.


Ni une, ni deux, cette réminiscence l’envoya vomir tout ce qu’il avait en lui, comme s’il vomissait son être et essayait de recracher tout ce qu’il s’était passé jusqu’au jour d’aujourd’hui.

    - Putain t’abuses, t’es pas chez toi mec.
    - Excuses moi.
    - Ouais bah tu sais où on range la serpillière.


La voix de Morgan le réveilla et le ramena un tant soit peu à la réalité. Il souffla un peu, puis parti dans la salle de bain s’essuyer le visage et se rafraichir les idées. Le visage qui se reflétait dans le miroir lui paraissait étranger, ses yeux étaient ternes, cernés, le sourire qu’elle avait fait naître s’était effacé, son teint était presque livide. Il s’effrayait lui-même.


_________________________________________________________


_________________
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100513909563
[E. C.] Evidence - Page 3 Tumblr_lxwr0qHmnZ1rnqt8yo1_500
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100036953314 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082929725273 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082909954465

Revenir en haut Aller en bas
http://lullabye-rainbow.tumblr.com/
Lullabye.
Modo & Team Tom

Lullabye.

Féminin Age : 26
Inscription : 08/04/2009
Messages : 9142
Humeur : Jump and touch the sky

[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1Ven 31 Déc - 16:01

_________________________________________________________

Les deux garçons avaient passé la journée à regarder la télé, alternant entre films d’actions aux coups de feu et armes en tout genre et films d’horreurs à la frayeur parfois peu réaliste et surjouée. Un cocktail explosif de bruit et de nuisance sonore.
Lorsque Morgan appuya sur le bouton d’extinction de l’appareil, le silence leur fut presque douloureux à entendre. Ils se regardèrent dans les yeux et se mirent à rire aux éclats sans véritablement savoir pourquoi. Puis s’ensuivit une bataille de polochons digne des gamins de six ans qu’ils étaient il y a fort longtemps, du moins leur enfance leur semblait s’être déroulée il y a une éternité, alors qu’ils étaient tout juste âgés de vingt ans. Un oreiller atterrit sur le visage de Jun qui le fit vaciller et tomber sur le lit, voyant Morgan arriver sur lui il recula au maximum pour attraper ledit oreiller, mais se retrouva bien vite sous son ami qui le lui arracha des mains puis le martyrisa de coup de coussin. Jun se protégea la tête d’une main et commença à le chatouiller ce qui ralenti les actions de Morgan, il en profita pour lui retirer l’oreiller et le balancer par-dessus le lit. Le garçon réagit instinctivement en agrippant ses deux poignets et en les attirant contre la couette avec force. L’excitation de leur jeu s’arrêta progressivement, les deux gamins haletant légèrement. Morgan n’aurait pu nier que la situation lui plaisait, il était assis à califourchon au dessus de Jun et il le maîtrisait. Il rejeta au loin les idées qui lui venaient à l’esprit et la tentation évidente qui s’emparait de lui, puis lui lâcha les mains avant de se mettre debout près du lit, dos à son ami. C’était son ami donc c’était mal, ces pensées étaient obscènes, malsaines et n’auraient jamais dû exister, il en avait parfaitement conscience. Jun se redressa et le regarda, il avait pleinement conscience de ce qu’il se passait dans sa tête, des scènes similaires avaient déjà eu lieu auparavant et une avait malencontreusement dérapé un jour.
    - Viens là.
    - …
    - Morgan, allez, c’est pas grave.

Il ne réagit pas aux avancements bienveillants de son camarade et s’enferma dans son mutisme. Bien sur que si c’était grave, ça lui insufflait de la honte et la situation présente l’embarrassait. C’était grave parce qu’il ne devrait pas ressentir de telles choses et il avait beau le savoir, cela ne disparaissait pas.
Jun se leva du matelas, se posta derrière le jeune homme puis l’encercla de ses bras, le garçon se débattit énervé contre lui-même et se retourna face à lui.
    - Lâche moi.
    - Allez, je te dis que c’est rien.
    - Laisse tomber.
    - C’est bien ce que te dis.
    - …
    - …
    - On devrait arrêter de se voir.
    - Dis pas de conneries.
    - C’est pas des conneries. Tu crois que c’est facile pour moi ? J’en peux plus de cette situation, j’en peux plus de tout ça. Il vaut mieux qu’on arrête tout, qu’on arrête de se voir.
    - A cause de ça ? De ce petit incident ? Il s’est rien passé, rien du tout. On sait tout les deux ce que tu ressens pour moi, et ça me passe au dessus d’accord ? T’as pas à te sentir coupable ou honteux, t’es toujours le même pour moi, t’es toujours ce foutu meilleur ami que j’ai depuis que je suis en maternelle. Ce sont des choses qui arrivent. Et je conçois que ça doit être difficile pour toi, mais est-ce que tu crois réellement que ce sera plus facile si on s’oubli ? Je pense être bien placé pour savoir que non, que la distance n’efface rien et que ce qui fait mal, fait toujours autant souffrir qu’on soit loin ou non. Alors arrête de dire de pareilles conneries.

Jun le prit dans ses bras de façon fraternel, et leur étreinte rassura quelque peu le brun.
    - Puis t’en trouveras un autre. Un mec moins idiot que moi.
    - T’es pas idiot.
    - T’as vu l’état dans lequel j’étais encore hier, la façon dont je t’ai envoyé boulé ? Si, je pense que la notion d’idiot me convient parfaitement.

Morgan lui ébouriffa les cheveux et un sourire s’installa sur ses lèvres, la situation était compliquée mais il savait parfaitement qu’il n’avait pas envie de le quitter, qu’il n’en avait pas la force quoiqu’il arrive. Sans lui il n’était plus rien, il n’existait plus, il se retrouvait seul et rien que d’y penser cela lui envoyait des frissons désagréables plein le corps.
Lorsqu’il ses yeux croisèrent la lumière du jour le lendemain matin, il était seul dans ce deux pièces au centre de Berlin et cette non présence réanima la flamme insoluble de son cœur en morceaux. Morgan était parti travailler, continuer le cours de sa vie, alors qu’il lui semblait que lui, sa chienne de vie s’était mise sur pause pour le faire souffrir un peu plus longtemps, comme si le monde existait autour de lui alors qu’il agonisait sans que personne ne le voit. Personne sauf Morgan.
Il se leva du clic clac et pénétra dans l’espace cuisine. Son ami avait laissé un mot sur le bar américain, comme lorsqu’ils se réveillaient d’un week end comateux et qu’il était déjà parti au travail, sachant pertinemment qu’il était dans un état déplorable.
« Fais pas de conneries. Il vaut mieux pour ton petit cul, que je te retrouve vivant ce soir. »
Un léger sourire s’étira sur ses lèvres, mais il prit la résolution d’essayer de suivre son conseil, une journée au moins se dit-il. Quoiqu’il en pense, l’état à moitié inconscient dans lequel il était depuis près d’un mois n’avait jamais réussi à effacer ce qui faisait saigner son cœur. Tout revenait toujours à la surface et faisait jaillir un peu plus de sang, alimenté par des cendres de souvenirs et d’affects.

La journée fut longue, longue comme une nuit d’hiver et aussi chaotique que le ciel noir qui l’accompagne. Il été sorti pour faire passer le temps, l’air du vent avait oublié les contours de sa silhouette et l’avait bousculer sans retenu. Le temps était maussade, gris, rien de plus désespérant et de triste. Sa promenade au milieu de la ville n’avait donc rien arrangé, et il était rentré toujours aussi vide et rempli de sentiments contraires et presque absurdes.
Quand Morgan rentra, il le trouva assit sur le canapé, les yeux fixant le mur en face de lui. Jun était comme tout le monde, lorsqu’il fixait des horizons inanimés c’est qu’il était en plein dans des pensées confuses qu’il essayait de démêler. Son regard se raviva lorsque le brun posa sa veste sur le porte manteau et s’installa à ses côtés.

    - Alors bonne journée ?
    - Passable. Et toi le boulot ?
    - Monotone.
    - …
    - Je vais retourner la voir.
    - Quoi ?
    - Demain.
    - Ca va te servir à quoi ?
    - J’ai besoin de la revoir, de lui dire.
    - …
    - Viens avec moi.
    - Hein ?
    - Viens avec moi.
    - Pourquoi faire ?
    - Parce que j’arriverais pas à faire le pas sans toi.
    - Je peux pas venir, j’ai un boulot je peux pas me permettre de m’absenter comme ça.
    - Morgan, s’il te plait.
    Jun le regarda intensément, sachant très bien comment faire fléchir son ami, et il eut parfaitement raison, sa technique marchait à tous les coups et cela ne manqua pas cette fois-ci.
    - Oh tu m’agaces.
    - …
    - Bon c’est ok, mais pas demain. Il faut que je pose des jours de congés. Combien de temps tu penses qu’on reste là bas ?
    - J’en sais rien, le temps qu’il faudra.
    - …


Le temps qu’elle guérisse mon cœur malade.

_________________________________________________________

_________________
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100513909563
[E. C.] Evidence - Page 3 Tumblr_lxwr0qHmnZ1rnqt8yo1_500
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100036953314 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082929725273 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082909954465

Revenir en haut Aller en bas
http://lullabye-rainbow.tumblr.com/
Marjo.
Ancienne du Staff ATH

Marjo.

Féminin Localisation : Albi (81)
Inscription : 08/04/2009
Messages : 2745

[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1Mer 5 Jan - 21:40

J'ai enfin eu le temps de venir lire tout ça.
A chaque fois, j'ai le chic pour me retrouver face à tes mots, les jours où il faut pas. D'un autre côté, ça me plonge dans un autre monde que le mien, encore un peu plus noir, et c'est pas si mal.
Tu vas le laisser dans cet état hun? Il va s'en sortir, j'ai envie d'y croire. De croire que c'est une belle histoire.

Revenir en haut Aller en bas
Lullabye.
Modo & Team Tom

Lullabye.

Féminin Age : 26
Inscription : 08/04/2009
Messages : 9142
Humeur : Jump and touch the sky

[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1Mer 5 Jan - 22:11

Honnêtement ? Si tu savais à quel point tu vas le détester, tu ne t'imagines même pas. Par contre, comment il va terminer, j'ai envie de te dire j'en sais rien, même si là d'un coup, j'ai eu une lueur.

_________________
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100513909563
[E. C.] Evidence - Page 3 Tumblr_lxwr0qHmnZ1rnqt8yo1_500
[E. C.] Evidence - Page 3 111201100036953314 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082929725273 [E. C.] Evidence - Page 3 110929082909954465

Revenir en haut Aller en bas
http://lullabye-rainbow.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




[E. C.] Evidence - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [E. C.] Evidence   [E. C.] Evidence - Page 3 Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 
[E. C.] Evidence
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avenue Tokio Hotel :: » AVENUE DU RÊVE. :: Fanfictions En Cours. :: Fan Fictions Traditionnelles.-
Sauter vers: