Avenue Tokio Hotel


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Voir le deal
14.99 €

Partagez
 

 [E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian)

Aller en bas 
AuteurMessage
sokaia
Devilish
sokaia

Féminin Age : 28
Inscription : 15/12/2009
Messages : 114

[E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian) Empty
MessageSujet: [E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian)   [E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian) Icon_minitime1Lun 4 Jan - 14:17

Cette fiction a été écrite il y a près de deux ans, avec une Suisse que j'apprécie beaucoup. J'espère qu'elle vous plaira!

Bonne lecture à toutes !

Au-delà des miroirs



Chapitre 1 :Ecrit par Midian

Le grand jour a eu lieu, enfin ! Après une absence qui a semblé interminable, aussi bien pour les membres de Tokio Hotel que pour les fans qui commençaient à désespérer de les voir se produire à nouveau. Le concert de la guérison, celui qui restera mythique aux yeux de tous : Le Parc des Princes ! Le stade a tremblé autant au son de la musique qu’à celui des fans déchaînés, incapables de contenir leur joie de revoir le groupe en pleine forme. Ce soir, personne n’ira se coucher sans repenser à ce son qui a enflammé le public, à ces quatre petits bonshommes sortis du fin fond de l’Allemagne qui ont ravagé la scène comme peu savent le faire…

Ils sont heureux comme jamais, mais épuisés par l’effort fourni. Que dis-je, épuisés, ils sont même exténués par ces quelques heures de gloire qui ont annoncé leur retour en force. Ils trouvent encore le courage de signer quelques autographes, avant de rejoindre leur hôtel d’un pas hâtif.

Le palace parisien qui les accueille est tel que l’idée que l’on s’en fait, quand on n’a jamais eu la chance d’y pénétrer. On y entre comme dans un rêve, celui où la richesse coule à flot, en rayant de notre vocabulaire la notion de modestie.

Marbres à foison, tentures de velours, lustres de cristal, un luxe alliant à la fois la richesse et la discrétion, l’ancien et le moderne, dans une harmonie qui vous émerveille avant que vous n‘ayez eu le temps de poser les yeux sur le moindre détail.

Un repas leur a été spécialement préparé au bar, qui pour cette occasion est fermé au public, afin de préserver leur intimité, aussi bien pour les groupies que pour les paparazzis, toujours aussi avides d‘informations. Là aussi, on peut remarquer la méticulosité avec laquelle les quelques plats concoctés ont été dressés sur des assiettes en porcelaine. Les couverts en argent éblouissent les regards des musiciens qui se demandent si vraiment, cet endroit ne sort pas tout droit de leur imagination.

La soirée se termine au jus de pomme … Pardon au champagne ! C’est vrai maintenant que les jumeaux ont dix huit ans et demi, plus besoin de faire semblant. Bill regarde béatement les bulles dorées qui remontent à la surface de sa boisson, alors que Tom sirote la sienne d’un air pensif.

« Alors content ?
-Tu n’imagines pas le plaisir que c’est de pouvoir remonter sur scène et de chanter à nouveau !
-Parle pour toi, vu ma façon de chanter, c’est heureux !
-Heureusement que tu manies les baguettes, mieux que le chant, bonjour nos oreilles !
-C’est ça, fais le malin !
-Je vais me gêner !
-Qu’il était bon le temps où tu te taisais »



Tous se mettent à rire en cœur, même si les yeux du chanteur dévoilent une note d‘amertume face à cette réplique. Maintenant que la pire épreuve de leur vie est loin derrière eux, ils vont pouvoir s’en donner à cœur joie. Chanter, faire de la musique, vivre, profiter, être heureux,… Être eux !

Mais le bonheur parfait n’est pas de ce monde, cela ils vont s’en rendre compte au fil du temps. Mêmes les célébrités peuvent voir leurs rêves s’envoler au moindre incident, au moindre faux pas. Mais pour l’instant, laissons–les profiter de ce bonheur amplement mérité. La vie ne sera pas toujours aussi clémente avec eux.

« Au fait Tom, je croyais que l’on s’était mis d’accord !
-Quoi donc, fit ce dernier d’un air innocent en avalant le fond de son verre de champagne.
-Tu es censé m’accompagner durant les refrains et m’assurer un soutien vocal…
-Heu…
-C’est pas une réponse !
-Je me concentre déjà sur mes accords.
-Et faire deux choses en même temps, tu ne peux pas ? »


Tom réfléchit un instant, alors que son frère le fixait en attendant une réponse pertinente, persuadé que pour une fois, il aurait le dernier mot.

« Si, je regarde les jolies filles dans le public.
-Ne te fous pas de moi, en plus !
-Je n’oserais pas.
-Et voila c’est reparti pour un tour, nos chers jumeaux retombent en enfance.
-Georg ! La ferme ! Firent ces derniers en chœur.
-Pour souvent quoi, vous voila d’accord !
-Pour que tu la fermes ….toujours….
-Me demande si vous deviendrez adultes un jour !
-Peut-être ! »


Georg et Gustav se lancent un coup d’œil entendu, quand ces deux là seront adultes, il pleuvra des petits chats. Ils ne prêtent pas attention aux deux jumeaux qui préparent déjà une vengeance…

L’excitation retombée, la fatigue se fait sentir. Leurs gémissements témoignent bien de leurs douleurs. L‘un a mal au dos, l‘autre aux mollets, le troisième a la gorge sèche, tandis que le dernier est déjà dans les bras de Morphée. Le guitariste tire son frère du sommeil en lui murmurant quelques mots à l’oreille, de sa voix un peu enrouée à cause du « soutien vocal » dont il a fait preuve durant le concert.
« Bill, tu viens ? On va se coucher… »
Ce dernier répond par un long grognement, puis il se redresse en ouvrant lentement de petits yeux. Tous se lèvent en marmonnant entre leurs dents que leurs jambes tirent ici ou là, puis ils se dirigent d’un pas lourd vers le couloir.
Ils prennent l’ascenseur, sous la surveillance attentive de Saki et de Toby. Les gardes du corps ne sont jamais bien loin, visibles ou non, ils veillent sur leurs protégés, à l’affût de tout ce qui pourraient leur arriver. Même à cette heure-ci, une groupie hystérique pourrait venir troubler cette paisible soirée pour réclamer des autographes et une photo avec le groupe. Il règne un silence de mort, joyeusement rompu par les éclats de rire du groupe qui monte se coucher.

Ils arrivent sur le palier du troisième étage. Quatre chambres, de la 300 à la 304, leur sont destinées. Bill rentre dans la première, tandis que les autres regagnent leurs chambres respectives en chantant à tue-tête. L‘alcool a coulé à flots ce soir, ils doivent avoir du mal à tenir encore debout. Le chanteur referme la porte derrière lui et observe l’amoncellement de bagages posés au sol, juste en face de lui. Toutes ses valises sont déjà là, la rouge, la bleue, la noire, rien ne semble manquer, tant mieux. Courir après une valise au milieu de la nuit n’est pas des plus plaisant, enfin surtout pour le staff.

Le noiraud ouvre la plus petite valise, en sort sa trousse de toilette, puis se dirige vers la salle de bain en massant son crâne lourd.
Une bonne douche, puis au lit. Aussitôt pensé, aussitôt fait.

Au sortir de la douche, un simple linge éponge blanc enroulé autour de la taille, il se regarde dans le miroir. Il aime ce qu’il y voit, un beau visage d’ange, de grands yeux noisette, des cheveux noirs parsemés de mèches blondes, un sourire qui lui fait défaut tout en accentuant son charme. Son torse est encore humide, parsemé de gouttelettes d’eau qui se languissent sur sa peau en dévalant son thorax.
Il se sourit à lui-même, quand soudain, le miroir semble se troubler et un rire malicieux s’en échapper.

Bill secoue la tête, il doit rêver à moitié, la fatigue sans doute. La surface du miroir semble émettre des vagues concentriques comme lorsqu’un caillou heurte la surface de l’eau et en trouble le calme apparent. Il approche sa main, le doigt tendu, hésite longuement et finit par toucher le miroir. La surface en est dure, comme il se doit. Seraient-ce ses yeux qui lui jouent des tours et ses oreilles par la même occasion ?



---------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Marjo.
Ancienne du Staff ATH

Marjo.

Féminin Localisation : Albi (81)
Inscription : 08/04/2009
Messages : 2745

[E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian) Empty
MessageSujet: Re: [E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian)   [E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian) Icon_minitime1Lun 4 Jan - 14:28

Entrée en matière interessante. Le style d'écriture est sympa, et l'orthographe est correcte donc c'est super agréable à lire.

J'attends de voir la suite pour me faire un jugement plus approfondi. (:
Revenir en haut Aller en bas
sokaia
Devilish
sokaia

Féminin Age : 28
Inscription : 15/12/2009
Messages : 114

[E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian) Empty
MessageSujet: Re: [E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian)   [E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian) Icon_minitime1Jeu 7 Jan - 15:01

Chapitre 2 :Ecrit par Sokaia

Bill secoua à nouveau la tête, puis regarda plus attentivement le miroir. De légères vagues brouillaient la surface lisse du verre, et le reflet de l’androgyne s’estompait petit à petit pour laisser place à un vide, comblé par un fond blanc nacré.

Il se frotta les yeux, recula un peu, puis regarda à nouveau l’étrange phénomène qui se passait sous ses yeux. Il sentit sa peau frissonner, des coulées froides descendre dans son dos et atteindre ses lombaires…
Mais rien ne changeait, cette vision dont il voulait se débarrasser semblait se préciser. Le silence qu’il recherchait se traduisait en petits rires amusés, et ce que ses yeux lui montraient était bien plus inhabituel que les hallucinations que pouvaient produire une soirée trop arrosée.

« Mais on m’a drogué ou quoi ? »

Le même rire retentit. Il semblait parcourir toute la pièce, glisser sur les murs, ricocher sur ses tympans, si bien que la petite voix avait maintenant l’ampleur d’un vacarme assourdissant. Bill tournait la tête dans tous les sens, cherchant vainement la source de ce bruit qui commençait à lui faire perdre la tête.
Mais le son devenait insupportable. Il porta ses mains à ses oreilles, boucha les orifices avec ses paumes, et se mit à crier :
« STOOP ! »

La seconde d’après, le silence revint. Le chanteur regarda le miroir et y aperçu l’ébauche d’un visage. De grands yeux, un nez aquilin, un sourire espiègle s’y profilaient lentement, comme si les traits se distinguaient petit à petit du fond blanc uniforme, apparaissant à travers un léger voile. Bill recula encore de quelques pas, se tourna vers la douche, baissa la température, et arrosa sa tête durant quelques secondes. Quand l’eau froide eut entièrement glacé son corps, il respira profondément et lentement en peinant à reprendre ses esprits. Sa poitrine se soulevait lentement, puis retombait, en partie masquée par les filets d’eau qui s’écoulaient de ses cheveux aile de corbeau.

Quand il se retourna à nouveau, rien n’avait changé. Le visage flottait dans le miroir, lui esquissant un sourire ravissant. Les mains du chanteur se mirent à trembler, alors qu’il refermait ses bras frêles autour de son tronc glacé.
« Mais qu’est-ce qui m’arrive ? »
Une voix douce lui répondit, en abandonnant un léger chuchotement dans le creux de son oreille.
« Bill, voyons, ne te mets pas dans cet état ! »
Le chanteur se recula jusqu’au mur, s’appuya dessus en baissant la tête vers le sol. Ses sentiments étaient facilement palpables : un mélange de doute, de colère, d’incompréhension qui lui faisait un peu perdre la tête.
« Bon, Bill, tu as trop bu, tu vas t’en remettre. Tu vas… aller dans ton lit, t’enfouir sous ta couette, te réchauffer. Et tu verras, tout ira bien… »
La voix attira à nouveau l’attention du bel androgyne qui grelottait dans son fin drap en éponge.
« Bill…
-Mais laissez-moi tranquille ! Pourquoi j’entends des voix ? Pourquoi il y a ce visage dans le miroir ? Laissez-moi ! Je veux juste dormir… dormir… »


Il se laissa tomber au sol en serrant toujours son tronc entre ses bras fins. Ses lèvres glacées commençaient à se teinter d’une couleur bleuâtre. De minces gouttelettes continuaient à perler au bout de ses cheveux, avant de se perdre sur ses épaules froides. Il se sentait perdre pied. Froid comme la mort, comme un fantôme…

Serait-ce un fantôme ? Serait-il hanté ou aurait-il soudain acquis la faculté de les voir ? Depuis sa plus tendre enfance, il croit à l’au-delà, il sait bien que ce monde ne peut être la seule réalité. Mais entre croire et voir, il y a un fossé qu’il n’a pas du tout envie de franchir. Surtout qu’il n’a jamais osé en parler, même à Tom. Son jumeau est si pragmatique, si terre à terre, bonjour le "foutage de gueule" s’il osait ne serait-ce que laisser entendre qu’il a parlé à un fantôme.

En plus les fantômes, ça n’existe pas, se dit-il dans une vaine tentative de voir l’objet de ses visions disparaître.

« Bill, tu ne rêves pas, je suis bien là. N’essaye pas de te convaincre du contraire, tu te ferais du mal ! »
A l’appel de son nom, l’interpellé observa à nouveau le visage qui flottait dans le miroir à la place de son reflet.
Il ne comprenait pas, mais par-dessus tout, c’était sa peur qui le rendait si réticent envers sa vision.
« Qui êtes-vous?
-Oh, bien peu de chose. Un visage, une ombre, une image. Je suis sans vraiment être…
J’erre, de ci, de là, je viens et je vais,…
-Mais qui êtes-vous ?
-Je suis….. juste moi ! »


Les doigts du chanteur se refermèrent sur sa paume, ses genoux cherchèrent à s’emboîter contre son torse. Il enfouit sa tête entre ses rotules avant de marmonner lentement.
« Laissez-moi tranquille, je veux qu’on me foute la paix. »

La petite voix fluette ricana en parcourant à nouveau tous les murs de la pièce.
« Tu as peur, n’est-ce pas ?
-Partez !
-Je n’ai pas l’intention de te faire du mal tu sais !
-Alors va-t-en !
-Bill, voyons, ne fais pas le petit enfant peureux.
-Je veux être seul.
-Tu as peur Bill, tu as peur de moi… »


Plus la petite voix s’amplifiait, plus l’androgyne resserrait contre lui ses maigres genoux. Ses cheveux noirs contrastaient avec le blanc de la pièce tout en cachant son visage effrayé.


« Je n’ai pas peur, je veux juste que vous partiez. Qu’on me laisse me reposer parce que j’ai eu une journée éprouvante, que j’ai besoin de souffler…
-Tu mens Bill, une fois que je serai partie, tu iras rejoindre ton frère dans la chambre voisine. Tu dois lui parler n’est-ce pas ? De…petites choses qui te tracassent ! »


Les lèvres du noiraud remuèrent, sans laisser sortir un son. Il fixait le miroir avec curiosité et appréhension.
« Comment vous pouvez savoir ça !
-Hm… Petit secret !
-Vous êtes encore pire qu’un paparazzi !
-Ne me compare pas à ce que tu connais déjà…
-Partez !
-Tu ne veux pas me connaître ?
-Non !
-Tu mens Bill, je t’intrigue… tu demanderas à me revoir. Mais tu ne le sais pas encore !
-Quoi ?
-Laissez-moi exécuter vos ordres, je vais m’en aller…
-Attendez !
-C’est trop tard… »


Bill se leva d’un bond furtif et se jeta sur le miroir. Le temps de se mettre à hauteur de celui-ci, le visage avait déjà presque entièrement disparu. Les doigts crispés du brun s’étalèrent sur la surface lisse en verre, mais c’était déjà trop tard… Le rire s’évanouit pour laisser à nouveau place au silence, et le fond du miroir se clarifia en une image qu’il connaissait beaucoup mieux : son reflet.

Il pouvait apercevoir sa chair claire et légèrement hérissée tout le long de ses bras. Ses lèvres bleutées et ses cheveux humides encadraient un visage pâle qui respirait l’inquiétude. Dans ses yeux noisette, il discerna une peur tellement profonde que sa simple image lui semblait effrayante. Bill soupira longuement, puis quitta la pièce avec des questions plein la tête. Il voulait se détendre, mais cette apparition n’avait pas vraiment contribué à l’apaiser…

Il se dirigea vers son lit, s’affala dessus et se mit à fixer le plafond vide. Peut-être que demain, il se réveillerait en sachant que tout n’était qu’un mauvais cauchemar, une illusion…

Il songeait à rejoindre Tom pour lui raconter ce qu’il venait de voir, mais ne le lui avait-t-elle point prédit ? Devait-il suivre son instinct ou au contraire, aller contre sa destinée, afin de voir si tout pouvait être changé ?
Comment cette apparition pouvait-elle savoir, avant lui, ce qu’il n’avait même pas encore prévu de faire ? C’est incroyable, impossible, effrayant, épouvantable, bref le qualificatif parfait étant hors de portée à cette heure tardive, mieux vaut essayer de dormir …
A ce qu'on dit, la nuit porte conseil…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian) Empty
MessageSujet: Re: [E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian)   [E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian) Icon_minitime1

Revenir en haut Aller en bas
 
[E.C] Au delà des miroirs (Fiction écrite avec Midian)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03092011 - Choi Hwajung's Power time - Dongwoo & Sungjong avec Boom !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avenue Tokio Hotel :: » AVENUE DU RÊVE. :: Fanfictions En Cours. :: Fan Fictions Traditionnelles.-
Sauter vers: