Avenue Tokio Hotel


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [E.C] [Lemon] La promesse d'un amant. (en collabo avec Weny)

Aller en bas 
AuteurMessage
Billette
Willkommen im ATH
avatar

Féminin Age : 25
Inscription : 24/07/2011
Messages : 16

MessageSujet: [E.C] [Lemon] La promesse d'un amant. (en collabo avec Weny)   Mer 27 Juil - 20:28

La promesse d'un amant

Voici un petit TS de trois parties écrit en collaboration avec Weny qui n'est pas sur le forum, enfin je ne crois pas ! Bonne lecture Smile


Partie 1 :


Il attendait encore une fois de plus que son éditrice termine son coup de téléphone, qui lui semblait interminable. Voilà déjà dix bonnes minutes qu'il patientait, et cela commençait sérieusement à l'agacer. Pourtant, il ne fit rien, et il soupira de soulagement quand elle raccrocha peu de temps après.

— Je suis à toi maintenant ! dit-elle en souriant grandement, avant de fixer son ordinateur. Comme je te disais avant qu'on soit interrompu, ce serait super si tu pouvais te rendre à New York pour la promotion de ton livre pendant trois semaines.

Linda quitta l'écran des yeux pour regarder le jeune homme face à elle.

— Ça pourrait être un très bon avantage pour toi, et puis, tu pourrais rencontrer tes fans, ceux qui avaient adorés ton premier roman.
— Mon départ serait prévu pour quand ? hésita-t-il.

Il n'avait jamais été aussi loin de son pays natal et se retrouver dans un pays totalement inconnu ne le rassurait que très peu.

— Quand tu veux, mais le plus tôt serait le mieux, donc on va dire, pour la fin de la semaine ?

Elle pianota sur son clavier, ce qui énerva un peu son client.

— Bien. Je suppose que vous gérez tout ? lui demanda le jeune homme.
— Tu as tout compris, Bill. Je te téléphonerais pour te dire l'heure exacte.

Le jeune homme acquiesça et se leva avant de serrer la main de son éditrice. Il sortit en soupirant de désespoir.

— Le seul point positif de ce voyage c'est que je serai loin de la maison et toutes ses préparations de mariage pendant ces quelques semaines, grogna-t-il.

Puis l'image de Tom lui vint à l'esprit, amenant par la même occasion un sourire sur ses lèvres. Peut-être pourrait-il lui demander de l'accompagner ? Il le ferait passer pour une personne de sa maison d'édition et tout serait parfait.

Un séjour en amoureux, et surtout entre amant. Ce voyage l'enthousiasmait finalement et il avait hâte d'y être. Pas que Mathilde, sa future femme, soit méchante ou agaçante. Quoique, agaçante, elle l'était parfois, mais Bill avait juste la sainte horreur des femmes, préférant largement la gente masculine.

Mais malheureusement, ses parents le forçaient à se marier avec elle. Il avait essayé de l'aimer au début, c'était chose impossible, surtout avec Tom à ses côtés.

En fait, il ne savait plus exactement comment tout cela à tourné. Bill se souvenait simplement qu'il était parti dans le Sud de l'Allemagne pour écrire son premier livre, il y a maintenant trois ans. Il avait eu besoin de changer d'air, et de retrouver l'inspiration, qu'il récupéra chez ses grands parents.

Et là-bas, il y avait rencontré son amant d'aujourd'hui. C'était une rencontre banale, Tom faisait son jogging du matin, et l'androgyne écrivait dans le jardin. Ils s'étaient observés et puis, deux jours après, ils s'étaient retrouvés dans le bar de la ville, où ils avaient fini la soirée à parler, et à se connaître.

Bill sourit à ce souvenir avant de prendre rapidement la route pour chez lui. Une fois arrivé, il rentra dans sa maison, et appela Mathilde, qui ne tarda pas à arriver.

— Bonjour mon cœur, fit-elle joyeusement avant de l'embrasser doucement.
— J'ai une nouvelle à t'annoncer, et je ne pense pas que cela va te ravir !

Il était franc et ne voulait surtout pas perdre de temps pour partir, ayant simplement envie de s'éloigner, même s'il avait une appréhension, et qu'il détestait partir dans un endroit inconnu. Alors sa future femme ne fit rien d'autre que hocher la tête, signe qu'elle l'écoutait.

— Voilà, j'ai vu mon éditrice, et je dois partir à la fin de la semaine à New York, et ce, pour trois semaines, dit-il en la regardant, attendant sa réaction.
— Je peux t'accompagner ?

L'androgyne pâlit légèrement avant de se reprendre, son cerveau fonctionnant plus vite qu'il ne l'avait jamais fait.

— Linda n'a prévu que pour moi, désolé, raconta-t-il tout en notant dans un coin de son cerveau qu'il devait appelé Linda pour qu'elle prenne un autre billet d'avion pour Tom.

Mathilde soupira et retourna dans sa cuisine, laissant Bill en plan. Elle l'aimait, de tout son cœur, mais avait parfaitement compris que ce n'était pas réciproque. Pourtant, elle faisait tout pour lui plaire, lui concoctait de bons petits plats, achetait des sous-vêtements coquins pour l'exciter.

Ce qui ne marchait pratiquement jamais. Bill lui faisait rarement l'amour et elle n'avait vraiment pas l'impression de lui donner beaucoup de plaisir. Elle prépara le repas du midi, seule dans sa cuisine.

Bill, quant à lui, se dirigea directement dans la salle de bain après avoir dit à Linda d'acheter un deuxième billet d'avion, alluma l'eau de la douche et mit la musique pour couvrir le son de sa voix, alors qu'il téléphonait à Tom.

— Allô ? fit la voix grave de Tom.
— Mon amour, c'est moi.
— Oh ! Tu vas bien ? dit-il avec enthousiasme.

Pendant quelques minutes, ils parlèrent de tout et de rien, parlant de leurs journées, de leur manque l'un de l'autre.

— Tomi, j'ai une chose à t'annoncer ! s'excita Bill.
— Je te suis toute ouïe, mon ange.
— Vendredi, tu sèches les cours car je t'embarque avec moi à New York !

L'androgyne s'attendait à ce que son amant soit heureux de cette nouvelle, pourtant, ce ne fut pas du tout le cas, enfin si un peu quand même.

— Bébé, ça me ferait plaisir, mais je ne peux pas sécher les cours quand bon me semble... mais je peux te rejoindre le vendredi d'après, ce sont les vacances...

Bill ne rajouta rien d'autre, à part un petit « ho »

Ce n'était pas la première fois qu'il refusait de partir en même temps que lui, mais l'androgyne ne lui disait rien. Après tout, il comprenait parfaitement la réaction de Tom. Il était l'amant, et ne pouvait pas se montrer en couple avec l'homme qu'il aimait.

Et puis, s'il lui avait proposé de partir avec lui, c'était tout simplement qu'il voulait passer du temps avec lui, rien d'autre. Mais apparemment, ils n'étaient pas sur la même longueur d'onde cette fois.

Heureusement pour Bill, son amant n'était pas au courant du futur mariage. Il avait refusé de lui en parler tout de suite. La peur de le perdre était trop présente en lui. L'androgyne reprit un peu ses esprits, et soupira, avant de reprendre la parole.

— Ce... Ce n'est pas grave alors... de toute façon j'ai ton billet, j'irais te le donner et dès que tu pourras, tu me rejoindras...

Bill s'assit sur le rebord de la baignoire, avant de passer sa main sur son visage.

— Je suis désolé mon cœur, mais tu sais que je ne peux pas rater mes cours, s'excusa Tom sincèrement. Je vais devoir te laisser, on m'attend. Tu m'appelles pour me dire quand on se voit, d'accord ? Je t'aime.
— Tom, Je...

Bill n'eut même pas le temps de lui répondre, que son amant avait déjà raccroché. Il murmura un « moi aussi » dans le vide, tout en reposant son portable, un peu déçu.

Il se déshabilla et fila sous la douche. L'eau chaude coulait sur son corps, dénouant ses pauvres muscles contractés. Cela le détendait. Il avait presque envie de pleurer à cause de Tom.

Il avait beau avoir vingt-cinq ans, avec Tom, il se sentait comme un enfant, un adolescent. Il l'aimait tellement que le moindre petit souci lui faisait mal.

Il finit de se changer et descendit, rejoindre, quand même un peu, sa future femme. Le repas était déjà prêt et il put s'installer à table.

— Ça à l'air délicieux ! lui sourit-il en prenant sa main.

Timidement, il vint lui déposer un petit baiser et commença à manger, se régalant. Il adorait ça chez Mathilde, elle était un vrai cordon bleu. Après avoir tout débarrassé, il s'affala dans le canapé et s'amusa à zapper sur toutes les chaînes. Mathilde le rejoignit rapidement et vint se blottir dans ses bras. Le brun la laissa faire et lui caressa le dos.

— On met un film ? demanda-t-elle.
— Si tu veux, le programme télé est pourri de toute façon.

Elle se leva et mit un des derniers films sortis qu'elle avait acheté et ferma les volets de leur salon avant de rejoindre Bill dans le fauteuil.

— Je t'aime Bill, chuchota-t-elle au creux de son oreille.

Il frissonna à ses mots et lui sourit faiblement. Il aurait aimé ne pas lui répondre mais il savait qu'il devait jouer le jeu car si elle annulait le mariage, ou même si lui l'annulait, ses parents seraient capable de l'envoyer en Sibérie, donc loin de Tom.

— Je t'aime aussi.

Il laissa donc sa petite amie se coller à lui pour regarder le film. Bien sur, cela ne l'enchantait pas trop, mais il ne fit rien, ne voulant pas encore déclencher une dispute pour la énième fois.

D'ailleurs, une fois le film fini, ils montèrent tous les deux. Et comme il s'en doutait, Mathilde sortit une petite tenue de nuit sexy, avant de se coller à lui. Il retient difficilement une grimace, et se détacha d'elle, avant d'aller dans la salle de bain.

Il pensait qu'elle allait s'abstenir, pourtant, quand il retourna dans la chambre, elle l'attendait sur le lit, dans une position coquine, où tout homme se serait jeté sur elle.

Mais Bill ne fit rien, se couchant simplement sous la couette, la laissant en plan. Vexée, elle se coucha, et éteignit la lumière, tournant le dos à son futur mari. Celui-ci, soupira de soulagement, en voyant qu'elle laissa tomber l'idée.

— Si je ne t'attire pas, autant que tu t'en vas !

C'était froid, et Bill comprit qu'en la repoussant, il avait peut-être été trop loin.

— Je n'ai pas envie ce soir, c'est tout...

Excuse bidon, mais qui apparemment marcha. Il n'entendit plus aucun son à part sa respiration. Ce n'était pas la première fois qu'il lui faisait ce coup là, or ce n'était pas de sa faute si il n'était plus du tout attiré par les femmes. Il appréciait beaucoup Mathilde sauf que ce n'était pas sur le plan amoureux. Ses parents voulaient le voir avec une femme, et maintenant, il était obligé de mentir.

— Tu en n'as jamais envie Bill !

Il sursauta légèrement, croyant qu'elle s'était endormi. Il fut encore plus étonné, quand elle ralluma la lumière pour ensuite quitté la chambre, sans oublier de claquer la porte.

De longues minutes d'hésitation passèrent, avant qu'il ne décide de se lever pour aller finalement la voir. Il détestait lui faire du mal. Il la retrouva, assise dans la canapé en train de pleurer, ce qui lui fit mal au cœur.

Il s'approcha d'elle et la prit doucement dans ses bras. Il mourrait d'envie de lui dire « Si j'étais différent de ce que je suis, j'aurais été fou amoureux de toi, tu es une femme parfaite, mais je suis homosexuel et je ne peux pas t'aimer » mais les mots lui restaient bloqués dans la gorge.

Alors il la serra juste contre son torse, il la berça jusqu'à ce que ses larmes ne soient plus. Il vint doucement l'embrasser, imaginant Tom à la place, pour essayer de la réconforter du mieux possible.

— Je suis désolé, c'est juste que-
— Pourquoi m'as-tu demandé en mariage si tu ne m'aimes pas ? le coupa-t-elle.

Oui, pourquoi il avait fait ça ? Il se retint de soupirer, en repensant à ce jour qui avait été horrible pour lui. Il était chez ses parents, avec Mathilde, et sa mère n'arrêtait pas de lui faire des remarques. Ça l'avait énervé, et puis, elle avait dit la chose de trop.

Là, Bill n'avait pas réfléchi, il avait juste voulu montrer à ses parents qu'il n'était pas un petit merdeux et avait fait sa demande en mariage juste devant ses géniteurs.

Chose qu'il regrettait amèrement. Plus il y réfléchissait, plus il se disait qu'en effet, il était un merdeux. Il aurait tellement aimé pouvoir se montrer avec Tom, l'homme qu'il aimait plus que tout. Mais au fond, qu'est-ce qu'il l'en empêchait ? Juste ses parents, et sa peur. C'était déjà trop pour lui.

— Ne dit pas ça, je t'aime, c'est juste que... je suis plutôt stressé par ce voyage qui approche, inventa-t-il.

Elle renifla, enfouit son visage dans le cou de son futur mari. Elle avait tant de mal à le comprendre.

— Euh... tu sais... elle est très jolie ta tenue, dit-il en rougissant.

En fait, il ne savait absolument pas quoi dire, et quitte à devoir prendre son malheur sur lui, il ne voulait pas qu'elle soit malheureuse.

— C'est vrai, tu aimes ? dit-elle en le regardant avec des yeux pétillants.

Il hocha simplement la tête et sourit doucement. Cependant il eut à peine le temps de réagir qu'elle lui sauta dessus, l'allongeant, et l'embrassant à pleine bouche.

Pour elle, qui ne méritait pas le mauvais châtiment qu'il lui faisait subir, il se laissa faire et fit semblant d'y mettre du sien.

Depuis cette soirée, Bill essayait tant bien que mal de ne pas faire trop d'erreurs vis-à-vis de Mathilde, histoire qu'elle soit un minimum heureuse. Enfin, maintenant il allait pouvoir être un peu tranquille parce que son départ était prévu pour aujourd'hui.

Et mon dieu qu'il en était ravi. Il ne supportait plus d'être auprès de sa future femme, et il ne voulait qu'une chose, Tom, juste lui et personne d'autre.

Sauf que celui-ci n'arrivait que dans une semaine, et Bill n'était pas sur de pouvoir l'attendre. Il avait tellement hâte de le voir, de l'embrasser et surtout de lui faire l'amour. Mais il savait que cela risquer de ne pas se passer comme il le voulait car son erreur allait tout gâcher. Il avait décidé de tout lui dire. Qu'allait-il perdre en lui avouant ? Beaucoup de choses, il en était certain.

— Mon cœur, tu vas me manquer, pleurnicha Mathilde, triste de devoir se séparer de l'homme qu'elle aime.
— Toi aussi... murmura difficilement Bill.

Apparemment l'androgyne eut un peu de chance, parce que son vol fut annoncé, et il se détacha de sa future femme, l'embrassant furtivement avant de prendre la direction de la salle d'embarquement.

Il partait enfin pour l'inconnu et dans sept petits jours, il serait avec l'homme qu'il aimait. Même si, il était en couple, là-bas, personne ne le savait, et il pourrait se montrer avec Tom, comme de parfaits amoureux.

Enfin, il l'espérait de tout cœur.

Une fois dans l'avion, il s'installa près du hublot, et fixa dehors. Il aurait aimé appeler Tom pour lui parler, et surtout pour entendre sa magnifique voix, sauf qu'il avait peur de le déranger.

En plus, il savait que son amant, en ce moment, ne supportait plus vraiment de ne pas être officiellement avec Bill, tout ça à cause d'une erreur. Peut-être que l'androgyne ne s'en rendait pas compte, et même encore aujourd'hui, mais trois ans à attendre, c'était long, horriblement long.

Ne s'y attendant pas, il sursauta un peu quand son portable se mit à vibrer. Il sourit, pensant que s'était Tom. Or, ce n'était personne d'autre que Mathilde qui lui disait « je t'aime ».

Il soupira et ne prit même pas le temps de lui répondre, préférant s'évader et oublier sa petite vie durant ce voyage. Il avait décidé, qu'il profiterait à fond, et qu'il ne pensera pas à tous les problèmes qu'il avait.

Il s'endormit rapidement, oubliant tout autour de lui. Il ne voyait que Tom. Dans son rêve, celui-ci le prenait dans ses bras, il l'embrassait, lui disait des mots d'amour. Ils allaient se marier et tout était beau. Sauf Tom, lui, il était magnifique.

Il se réveilla en sursaut quand une voix déclara qu'ils allaient atterrir. Le brun soupira, il aurait tellement aimé rester dans son rêve, il aurait voulu que ce soit la réalité.

C'était avec Tom qu'il devait se marier, pas avec Mathilde. Et il devait envoyer au diable ses parents, pourquoi cherchaient-ils à contrôler sa vie ?

— Monsieur, il vous faut descendre, nous sommes arrivés.

Bill leva la tête vers la jeune femme et se leva mollement. Il avait mal aux jambes et aux fesses. Pourvu que dans sa chambre d'hôtel il y avait une baignoire.

Il sortit de l'avion et de là, quelqu'un vint le chercher en taxi. Linda avait vraiment tout prévu. Bill espérait qu'elle avait fait la même chose pour Tom. Il mit dans un coin de sa tête le fait qu'il devait l'appeler pour avoir plus d'informations et se dit que ça sera bien qu'il aille chercher son amant à l'aéroport.

Il se laissa conduire jusqu'à son hôtel et écarquilla les yeux en voyant ce somptueux bâtiment. Cela avait l'air parfait pour des amoureux. Linda était vraiment la meilleure !

— Monsieur Kaulitz, suite 352 au troisième étage. Un Majordome vous attend avec vos valises et vous y conduira, dit l'homme de l'accueil, en pointant un autre homme, qui était sûrement son « majordome ».

L'androgyne sautilla de joie de voir tout ça. C'était juste magnifique, génial et parfait. Il adorait ça et il était sur que Tom aimerait aussi.

Il ne put se retenir et appela son amant, pour lui exprimait son bonheur.

— Allô, fit une voix ensommeillée.
— Oh, je te réveille Tomi ?
— Bill, il est deux heures du matin en Allemagne.
— Oh, mon dieu, je suis désolé, pardon, vraiment je suis désolé, je savais pas.
— Ce n'est pas grave.

Bill baissa les yeux et se mordit la lèvre. Il était vraiment le roi des gaffes. Il mourrait de peur que Tom veuille le quitter. Il détestait cette sensation d'être un gros boulet et de vraiment déranger Tom. Parfois, il se demandait qui était le plus jeune d'entre eux.

Il entendit son amant bailler et il n'osa plus du tout bouger ni dire quoi que ce soit.

— Tu vas bien mon cœur ? demanda doucement Tom.
— Oui. Je suis vraiment désolé de t'avoir réveillé, tu sais. J'ai carrément oublié le décalage... raconta Bill, d'un ton qui montrait parfaitement qu'il s'en voulait.
— Oublie. Ça me fait plaisir en plus que tu m'appelles. Tu me manques beaucoup !

Bill sourit légèrement, rassuré.

— Je t'aime, fit Tom.
— Moi aussi ! J'ai vraiment hâte que tu me rejoignes. On pourra faire pleins de visites, et être rien que tous les deux !

L'androgyne frémit discrètement juste en imaginant le fait d'être avec Tom. Il se laissa tomber sur le lit, un sourire niais sur le visage. Il était impatient, et il savait que la semaine allait être très longue pour lui.

— Je suis aussi pressé que toi bébé ! Vivement la semaine prochaine !

Bill devina très rapidement le sourire qu'abordait son amant à ce moment précis. Depuis qu'il avait repris les cours, ils s'appelaient souvent. Mais cela ne remplaçait en rien la présence de l'un et l'autre.

L'odeur de Tom lui manquait, ainsi que ses mains rugueuses et ses yeux noisette qui avaient toujours une étincelle. Oui décidément, il était totalement accroc à lui, et cela ne le rassurait pas beaucoup. Il serait capable de tout, vraiment tout, pour le rendre heureux et surtout pour le garder à ses côtés le plus longtemps possible. Il était amoureux de lui, il en était certain.

La conversation téléphonique continua encore une petite heure, où ils se racontèrent leur journée, ainsi que le manque qu'ils ressentaient. D'ailleurs, Bill fut plus ou moins étonné que Tom lui en parle, cela était rare mais à chaque fois, il était rassuré et en profitait un maximum. Difficilement, ils raccrochèrent après quelques « je t'aime » qu'ils se disaient sincèrement.

Le lendemain, Bill contacta Linda pour en savoir plus par rapport à la venue de Tom. Ils mirent tout au point ensemble et il n'oublia pas de donner des nouvelles à Mathilde. Il n'avait pas tellement envie d'avoir une crise en rentrant.

Puis, il fit le tour du quartier en taxi, cette énorme et magnifique ville qu'était New York le fascinait, avant d'être amené dans le grand Virgin-Mégastore se situant au centre-ville.

Il entra dans le magasin tranquillement avant d'être abordé par des fans. Il était complètement ahuri. Les jeunes filles avaient accouru vers lui dès qu'elles l'avaient aperçu et lui réclamaient des autographes et des photos.

C'était ses fans, aux États-Unis. Il avait des fans aux États-Unis. Il était aux anges et carrément tout excité. Il se dit qu'il appellerait Tom plus tard pour lui dire.

— Bill ! Pouvez vous dédicacez mon livre s'il vous plait ?

L'androgyne sourit et accepta avec plaisir. Ce succès le rendait tout fou. Il rigolait et discutait avec toutes les personnes qui le souhaitait.

— C'est à quel nom que je dois le faire ?
— Tamara.
— C'est toi ? demanda-t-il alors qu'il faisait une dédicace sur le livre de la jeune fille.
— Oui.

Bill la regarda dans les yeux et rigola en la voyant rougir.

— C'est un très joli nom.
— Merci.

Il regarda la jeune fille timide s'en aller et s'éclipsa de la foule pour se promener tranquillement dans le magasin, avant d'aller à la rencontre d'un représentant pour savoir comment tout se passerait lors de la séance dédicacée de son nouveau livre.

Bien sur, tout cela, Bill avait du mal à le réaliser. Quand il avait commencé la rédaction de son premier livre, il n'avait pas une seule seconde imaginé qu'il deviendrait l'un des meilleurs auteurs et surtout que son livre serait le livre le plus vendu dans le monde.

Alors, lui qui tout jeune rêvait d'aller aux États-Unis, il n'y croyait pas du tout. Mais quand Tom serait à ses côtés, son bonheur grandirait encore plus. Sauf qu'en attendant, il devait bosser, et ce, dès maintenant. Heureusement pour lui, il adorait ce qu'il faisait, et il y mettait tout son cœur.

By Billette & Weny

Revenir en haut Aller en bas
Prinzess Sélénia
Willkommen im ATH
avatar

Féminin Age : 55
Localisation : dans le jacuzzi de la suite 483 avec bill dans mes bras
Inscription : 03/05/2011
Messages : 7

MessageSujet: Re: [E.C] [Lemon] La promesse d'un amant. (en collabo avec Weny)   Mar 21 Fév - 14:15

la suite stpp Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
 
[E.C] [Lemon] La promesse d'un amant. (en collabo avec Weny)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ne viens pas
» l'Amant Jaloux de Grétry
» La promesse de Clovis - Blues & Beyond Quartet
» Mon amant de St Jean 2 (version "aux doigts")
» Because there's something about you baby

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avenue Tokio Hotel :: » AVENUE DU RÊVE. :: Fanfictions En Cours. :: Yaoi.-
Sauter vers: